Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
06.25.52.63.08

Qu’est ce que l’hypnose

Qu’est-ce que l’hypnose ?

 

Chacun se fait une représentation différente de l’hypnose. Et c’est compréhensible car il en existe différents types. Ici on ne parle pas de l’hypnose de spectacle, comme vous pouvez le voir à la télévision.
Celle que je pratique, et pour laquelle je suis formé est l’hypnose ericksonienne.

Elle s’utilise dans le cadre de thérapies brèves, pour vous aider à surmonter vos difficultés. Qu’elles soient passagères ou bien ancrées.

 

 

Un état que vous connaissez déjà !

Il s’agit d’un “Etat Modifié de la Conscience” EMC, que tout le monde expérimente régulièrement. C’est un état complètement naturel, il n’y a rien de magique.

Imaginez que vous êtes dans un train, vous regardez le paysage, à mesure que le temps passe, petit à petit votre esprit s’évade, certainement par la monotonie et le manque d’information pertinentes…

Votre inconscient va alors produire de nouvelles informations et se mettre à “rêver” ….même si vous restez conscient. Cette situation vous est déjà arrivé j’en suis sûr.

L’état hypnotique est une transe légère.

En séance, votre thérapeute recherche un état proche de celui-ci, et va simplement l’intensifier avec différentes techniques, sa voix etc.

Il va vous guider tout au long de la séance, afin de résoudre avec vous, ce pourquoi vous êtes venu.

hypnose qu'est ce que c'est

Comment cela fonctionne ?

Lorsque quelqu’un entre en état d’hypnose, son esprit fait abstraction du contexte autour de lui. Il devient hypersensible à la parole de son thérapeute, qui lui permet d’accéder à un niveau masqué de sa personne : l’inconscient.

Une fois le dialogue conscient-inconscient établi, il peut se confronter plus facilement à ses difficultés, apaiser une peur, ou modifier un comportement qui le gêne au quotidien.

pourquoi consultez

Pourquoi consulter ?

Cette discipline ne se substitue pas à un traitement médical. Elle entre dans le cadre de thérapies brèves. Cette discipline ne se substitue pas à un traitement médical. Elle entre dans le cadre de thérapies brèves pour :

  • gérer le stress, l’anxiété, les états dépressifs
  • gérer la douleur
  • préparer une intervention chirurgicale
  • améliorer les problèmes de sommeil
  • aider à l’arrêt du tabac, à la perte de poids
  • traiter les phobies
  • améliorer la confiance en soi

Elle permet de modifier des comportements gênants, voire handicapants, et d’accéder à des solutions pour mettre en place le changement.

 

Des origines…à nos jours

Du grec « hypnos » qui signifie sommeil.

Le phénomène hypnotique existe depuis l’antiquité. Déjà, sur tous les continents, les hommes-médecine, les chamans, ou les yogis avaient recours aux états de transe pour guérir leurs pairs.

Mais il faut remonter à la fin du 18ème siècle pour retrouver les prémisses de cette pratique. Dans ses travaux sur le « magnétisme animal », le médecin Franz Anton Mesmer, soutient que certaines personnes disposeraient d’un « fluide » leur permettant de guérir les autres.

Son approche est rejetée par la communauté scientifique, jusqu’à ce qu’un britannique, James Braid, s’empare du sujet un siècle plus tard. S’il réfute la théorie d’un fluide, il défend une idée : la parole et la suggestion peuvent provoquer des modifications dans le cerveau… et donc soulager les patients !

En France, la relation médecine-hypnose sera longtemps teintée d’ambivalence. Au 19ème siècle, de nombreux médecins vont s’y intéresser puis s’en détourner, comme le neurologue Jean Martin Charcot, et Sigmund Freud  qui la pratiquera longtemps  avant de fonder la psychanalyse.

Au milieu du XXème siècle, on verra apparaitre des approches plus modernes, notamment avec le psychiatre américain Milton Erickson. Il mettra en lumière les ressources internes de l’individu comme facteur essentiel de guérison. C’est l’hypnose ericksonienne.

l’hypnothérapie à l’épreuve des sciences

Autrefois décriée, cette discipline a gagné sa légitimité grâce à son efficacité dans différentes applications thérapeutiques.

Avec l’imagerie cérébrale on franchit un nouveau cap ! L’état modifié de la conscience est attesté scientifiquement, et on comprend que le cerveau fonctionne différemment dans cet état.

Aujourd’hui, de nombreuses cliniques et hôpitaux font appel à des hypnothérapeutes pour accompagner la prise en charge de leurs patients.

 

 

Les différents courants

Il en existe plusieurs types: classique, humaniste, elmanienne… Pour ma part j’utilise l’hypnose éricksonienne, qui est une forme douce et bienveillante intégrant parfois des techniques de PNL.

Voici comment les différencier :

classique : assez autoritaire et directe, c’est la version originale, celle de 1841. Elle est basée sur des suggestions directes (du type «  l’avion est un moyen de transport sur »), que l’on peut répéter indifféremment à tous les patients.

dite « de spectacle » : c’est la plus médiatique… mais la moins pratiquée ! C’est celle des shows télévisuels, avec de « l’hypnotiseur » comme Mesmer. Très loin de ce qui se passe à mon cabinet !

humaniste : avec cette approche, pas de suggestions directes. Le patient est mis dans « un état de conscience augmentée », et le thérapeute se place en simple guide pour lui permettre de donner du sens à ses troubles et agir sur son inconscient.

elmanienne : plutôt paternaliste, elle est réputée rapide pour obtenir une transe profonde. Pour y parvenir, l’hypnothérapeute adopte dans une posture dirigiste. Cette pratique s’adapte à tous types de fonctionnements : analytiques, non analytiques, visuels, kinesthésiques, auditifs…

éricksonienne : c’est celle que je pratique. Elle est particulièrement bienveillante et douce, et puise parmi plusieurs techniques de communication afin de créer des passerelles avec l’inconscient : métaphores, activation de rêves, suggestions indirectes ou composées, altération sensorielle…

sigmund freud

Les particularités de l’hypnose éricksonienne

Elle vient du nom de son inventeur Milton Hyland Erickson, un psychiatre américain.

Son approche innovante repose sur une conviction : nous possédons tous en nous, les ressources pour dénouer les nœuds qui nous entravent. Le travail du thérapeute est de permettre au patient, d’accéder à ces clés, disponibles à un niveau inconscient.

Avec elle, on sort des postures autoritaires telles qu’elles sont pratiquées auparavant. C’est une approche tout en douceur, et bienveillante. C’est sur cette base que les membres de l’école de Palo Alto construiront la programmation neuro linguistique (PNL).

Milton Erickson enseignait à ses étudiants le respect du patient, et de leurs besoins individuels. C’est une philosophie qui me parle, et que j’ai choisi lors de ma formation.

Lorsque vous venez à mon cabinet à Lyon 9, chaque accompagnement est personnalisé, et vous êtes véritablement au centre du travail thérapeutique que nous allons effectuer.

 

 

Votre engagement : la clé du succès

Votre engagement est très important, une réelle motivation de votre part est indispensable. Je suis là pour vous guider, vous amener vers le changement.

Vous êtes partie prenante de la thérapie. Si vous n’êtes pas prêt et suffisamment motivé, rien ne pourra vraiment se faire.

Important :

Seul un médecin est habilité à poser des diagnostics ; prescrire, modifier ou supprimer tout traitement médical.

Toute question relevant du domaine médical est à poser à votre médecin traitant.

À tout moment, dans un intérêt commun, je me réserve le droit de vous orienter vers un professionnel du corps médical, si les outils dont je dispose ne vous sont plus adaptés.

Les personnes atteintes de psychoses et d’épilepsie ne peuvent pas être prises en charge